Glee a fait changer les mentalités vis à vis des gays !

C’est ce qu’affirme son réalisateur, Ryan Murphy.

ggs-10-glee-matthew-morrison

Il y a deux semaines, les co-créateurs de Glee, Brad [Falchuk] et Ian [Brennan] et moi-même, nous sommes restés seuls dans une pièce avec nos autres écrivains sur Glee pour écrire l’épisode final. Nous avons lutté pendant des jours avec le titre. Et il aura pour titre «Il n’y a plus personne à sortir.” C’est une histoire vraie.


Si je regarde en arrière à il y a sept ans, Glee parlait de beaucoup de choses : le chant, la danse mais pour moi, je voulais faire quelque chose de personnel sur la série. J’ai grandi dans l’Indiana derrière un champ de maïs et une église, et je devais être la seule personne du village à savoir que Paul Lynde était gay. Donc, avec Glee, je voulais écrire quelque chose de personnel, quelque chose à propos des personnages homosexuels, quelque chose sur la création de votre propre genre de famille, peu importe qui vous êtes et où vous habitez.

J’ai toujours cru dans l’idéologie d’un de mes amis et idoles, Norman Lear. Je pense que le succès de Glee et Modern Family  a permis de mettre en avant les enfants homosexuels ainsi que les familles car des millions de personnes pensent qu’elles ne connaissent pas ce genre de personnes, et puis tout à coup, ils se se sont rendus compte que certains de leurs proches étaient homosexuels. Pour moi, c’est le grand héritage de ces séries et c’est pourquoi l’opinion publique, je pense, a changé si radicalement et si rapidement.

On m’avait dit il y a sept ans, avant Glee et Modern Family que seulement 18 % des Américains pensait que les familles gays ou non traditionnelles devaient avoir les mêmes droits que les familles dites traditionnelles. Aujourd’hui, ce nombre a augmenté à 52 %. C’est un grand changement, c’est une grande victoire, dans un court laps de temps, mais il y a eu pas mal de travail fait.

J’ai commencé à écrire pour la télévision en 1998, et j’ai encore les notes des directeurs de chaînes de ma première série dans mon bureau. Ils ont répétés les mêmes erreurs, je cite : «Pourriez-vous s’il vous plaît ne pas avoir la pom-pom girl porter un manteau de fourrure ? Et« Pourriez-vous s’il vous plaît enlever les personnages homosexuels se tenant la main? avec pour annotation «trop gay». Je suis heureux de dire que je ne reçois plus ce genre de notes, et je suis heureux de dire également que tous les dirigeants qui m’ont envoyés ce genre d’annotations ne les utilisent plus.

Afficher les créateurs comme Steve [Levitan] et moi-même nous permettent de déplacer la barre quand il s’agit de la représentation de personnages homosexuels et des familles homosexuelles. Mais la vérité est que beaucoup d’autres personnes aimeraient pouvoir faire changer les mentalités mais ils ne sont pas assez mis en avant comme certains politiques ou autres personnalités comme Dana Walden, Bryan Lourd, Kevin Huvane et Michael Lombardo. Ils sont toujours sur le côté de l’histoire alors qu’ils pourraient aider à faire changer les mentalités.

Ces chefs d’entreprises qui ont combattu le bon combat pendant tout leur temps, même quand ils ont commencé, avec leur puissance et la capacité de faire et d’approuver le contenu, ont dit une chose simple pour changer l’histoire et créer un nouveau dialogue national : «Faites-le, écrivez, ne changez pas, faites preuve d’audace, c’est comme cela que les choses finiront par changer.»

Source : Vanity Fait US – Discours réalisé lors de la remise du prix “the Family Equality Council award” à Beverly Hills le 28 février dernier.

0 Commentaires

Donnez votre avis !

©2021 inverti

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Créer un compte