Oui. C’est vrai. Le service de communication du Vatican, les “gentils” cathos et beaucoup d’autres tentent avec les patates chaudes lâchées par le pape François de vouloir nous démontrer qu’il est gentil, progressiste et tout et tout. Et nous “médias” bien sûr et les “lobbies” aussi, nous déformons. Les méchants sont ceux qui relèvent les propos qui peuvent gêner. Il est certain que les licornes, les bisounours et les sirènes dansent toutes et tous avec cet homme. Il est certain que ses propos sont ceux d’un père aimant et conciliant. C’est évident qu’il ne peut bien sûr pas déporter le débat et une fois encore nous faire oublier les prêtres qui salissent des enfants, des faibles… et qui bien sûr salissent l’ensemble des communautés de croyants et ceux qui peuvent prendre part de façon directe ou indirecte à cette “Parole”. Ne parlons pas des parents et des athées. Ne parlons pas non plus de ces personnes ainsi disculpées.

Jorge Mario Bergoglio n’a t il pas protégé par le passé déjà des membres du clergé accusés de pédophilie ?
Et donc, qui a réellement besoin d’un suivi psychologique ?

Je n’entends pas non plus le pape se plaindre du comportement ignoble de certains hommes en salissant aussi “la” Femme. Pas besoin d’être sourd ou aveugle. Il suffit de détourner le regard. Ou simplement faire ce que fait Trump au quotidien. Refuser la vérité, et dénoncer les vérités en crachant juste “fake news”.
Bien sûr que si des gamins, des jeunes ou moins jeunes en arrivent au suicide, François n’y est pour rien. Mais contrairement à nous médias, lobbies divers et variés, son “aura” est autrement plus entendu que tous nos cris, nos bouteilles à la mer ou bouées pour éviter que nos enfants, nos jeunes ou moins jeunes se sentent isolés, salis ou harcelés… voir pire. Je pense au papier d’Abdellah Taïa dans Libération le 28/08/2018...

Oui, facile par quelques mots de faire du mal. Et pire encore. Parfois la violence des mots est pire encore François que tous les actes physiques que nous pouvons faire à d’autres. Comme certains silences sont aussi un crime.

Cela suffit, ne nous taisons plus.

Ici, une annonce :
0 Commentaires

Donnez votre avis !

©2021 inverti

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

Lire les articles précédents :
Homophobie : harcelé à l’école, un enfant se suicide.

Il avait neuf ans et il avait dit à ses camarades qu'il était gay. Ils lui ont conseillé le suicide....

Fermer