Après l’Assemblée nationale, c’est au tour du Sénat de voter la fin de la pénalisation de l’homosexualité.

C’est une victoire pour la liberté sexuelle dans le pays ainsi qu’à l’échelle du continent africain. Avec 59 votes pour, 17 votes contre et 4 abstentions, le Gabon a définitivement dépénalisé l’homosexualité.

Le Premier ministre Julien Nkoghe Bekalé était présent au Sénat afin d’encourager les sénateurs à soutenir ce projet. Le Parti démocratique gabonais, actuellement au pouvoir, a profité de sa majorité absolue, pour s’imposer. Le texte a donc été voté à une large majorité. L’opposition n’a pas réussi à bloquer le texte.

Désormais l’alinéa 5 de l’article 402 du Code pénal en vigueur depuis juillet 2019 est retiré. Cet article autorisait la justice de condamner à six mois de prison ferme et une amende de 5 millions de Francs CFA tout citoyen reconnu coupable d’acte d’homosexualité.

Je suis très fier pour le Gabon.

Ainsi sont les mots du représentant gabonais à l’ONU Stephen Jackson. Et il a encore plus raison d’être fier de son pays grâce à la fin de la pénalisation de l’homosexualité.

Malgré une opposition farouche, l’Église catholique n’a pas réussi à mobiliser ni à bloquer le projet de loi.

Ici, une annonce :
0 Commentaires

Donnez votre avis !

©2021 inverti

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

Lire les articles précédents :
Ce week-end c’est la Y / Books : la convention dédiée à la fiction LGBTi+

À défaut d'être présent·e à la  Japan Expo cette année, participez à la première convention virtuelle de la fiction LGBTi+ ...

Fermer