VIH : le patient de Londres, un faux espoir ?

Le virus VIH n’a manifesté aucun signe de vie durant 30 mois chez le patient de Londres suscitant espoir et douche froide.

Il est connu pour être le patient de Londres après celui de Berlin, Adam Castillejo âgé de 40 se veut être un signe d’espoir. En effet, après une greffe de cellules souches, le VIH n’aurait plus donné signe de vis après 30 mois de suivi et sans aucun traitement médicamenteux. Adam s’est exprimé pour la première fois dans le New York Times en dévoilant son identité :

Je veux être un ambassadeur d’espoir

Faux espoir ?

La procédure utilisée pour les deux patients guéris est très lourde et risquée, posant des questions « éthiques », souligne le professeur Ravindra Gupta dans les colonnes du journal Le Point. Selon ce même professeur, le taux de mortalité de cette méthode serait de 10 %.

Interrogé par FranceInfo, le Professeur François Dabis, directeur de l’agence nationale de recherche sur le SIDA (ANRS) affirme qu’il est impossible de produire des cellules souches résidentes comme ce fut le cas pour les cellules reçues par le patient de Londres :

Ce serait un danger immense et sur lequel aucun organisme de recherche et aucun chercheur ne va s’engager. Mais la rémission, la guérison du VIH, c’est une piste sur laquelle on travaille même si cette méthode n’est pas la solution.

Nous sommes donc encore très loin d’une solution médicamenteuse fiable et accessible à toutes à tous à travers le monde.

0 Commentaires

Donnez votre avis !

©2021 inverti

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account