Voilà, c’est fini. L’enfant terrible de la mode a tiré sa révérence.

C’est sans doute la fin d’une vie. En France, nous n’avons plus de booster.
Je n’aimais pas. Mais, on s’en contrefout !
À 14 ans j’achetais du Gaultier pour exister.
Je le portais une fois. Tellement déçu, je l’oubliais dans l’armoire.
Pourtant comme Chanel ou YSL, bah désolé. Là immédiatement, il me manque un homme vrai. Un fou ou fol créatif, un fou du roi, qui sache me surprendre.
Du filet de pêche en guise de haut et une jupe avec des bas de laine. Non. Je n’ai pas oser.
Mais, oui, j’ai aimé un mec qui avait osé.
En fait, pour l’avouer, j’ai toujours été YSL.
Mais j’ai toujours aimé la transgression.

Mercredi soir c’est un florilège de cette formidable carrière qui était offert.

©2021 inverti

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

Lire les articles précédents :
Avant qu’elle ne s’efface, la mémoire est mise en lumière, en noir et blanc.

Mon fils allait à Sion. Il s'est souvenu de moi. Il m'a dit être dans le train. Prendre enfin le...

Fermer