inverti : toute l'actu gay (lgbt), geek, sport, culture…

La communauté gay qui casse les codes – Gay, Geek, Sport, LGBT… N'ayez plus honte d'être inverti !

Youtube finance-t-elle l’homophobie et la haine ?

Bassem Braïki peut continuer à avoir de la publicité sur ses vidéos après avoir appelé aux meurtres des homosexuels.

Le Pape il a raison, les homosexuels faut vous soigner, faut qu’on vous soigne. Moi j’ai la solution pour vous soigner. Tu prends un Efferalgan et tu mélanges avec du cyanure et ça va vous soigner. Faut éradiquer ce phénomène, trop c’est trop…

Misogynie, racisme, vulgarité, antisémitisme, homophobie, appel à la violence, appel à faire justice soit même, rien ne l’arrête pour faire de l’audience. Bassem Braïki  se dit être un homme respectable, balançant des règles de vie à tous. Pourtant, comme l’a déjà fait remarquer le rappeur Booba, il est loin d’être aussi propre qu’il le dit.

Le rappeur a balancé sur le net des images du monsieur le montrant en train de consommer de la drogue, de l’alcool, le tout accompagné de prostitués. Pourtant, dans ses vidéos, il annonce tout le contraire, faites ce que je dis, pas ce que je fais.

Mais lui, il a droit de mettre de la publicité sur ses vidéos.

C’est le monde à l’envers, on marche sur la tête. À cause d’extraits de vidéos dans notre playlist « bisou gay », Youtube nous a censuré à plusieurs reprises. Pas uniquement pour non respect des droits d’auteur car ces extraits sont tirés de films ou séries passés à la télévision mais plus généralement pour des scènes pouvant choquer la sensibilité du jeune public. Notre chaîne est considérée comme trop pornographique.

Dans ses vidéos, il y avait certes des torses nus d’hommes, des fois, des fessiers mais rien de sexuel. Pourtant, après avoir censuré de nombreuses vidéos, Youtube nous a formellement interdit de diffuser de la publicité, c’est à dire d’apposer des annonces sur nos vidéos.

L’amour entre deux hommes serait trop difficile à supporter. Traiter les femmes de putes, appeler à la violence, appeler aux meurtres, ça par contre, vous pouvez y aller, Youtube finance.

Niveau Google Ads, c’était la même chose. Quand il y avait un homme un peu trop dévêtu, l’avertissement de Google Ads tombait. Une censure programmée, mais pas pour tout le monde.

Nous ne sommes pas un cas isolé.

Google l’avait reconnu, même si l’entreprise soutient la cause gay, il y avait encore beaucoup de loupés homophobes sur sa plateforme de vidéo Youtube. Plusieurs activistes, militants, youtubeurs LGBTi avaient eu le droit de voir leurs vidéos censurées, toujours par Youtube.

Donnez votre avis !

Lire les articles précédents :
MAJ 1er épisode – Gender Derby : pour celles et ceux qui ne comprennent rien au 3ème Genre.

France Télévision va diffuser sur les réseaux sociaux une mini-série documentaire sur la transidentité. Ils et elles ne se considèrent...

Fermer