inverti : toute l'actu gay (lgbt), geek, sport, culture…

La communauté gay qui casse les codes – Gay, Geek, Sport, LGBT… N'ayez plus honte d'être inverti !

Youtube reconnait “ses erreurs”…


03 juillet 2018 - lemarquis


pour avoir mal géré la “problématique” LGBT.

YouTube aura attendu la fin du “Mois des fiertés” pour réagir. La plateforme de partage de vidéos, accusée à plusieurs reprises de discriminer des vidéastes de la communauté LGBT, a finalement présenté ses excuses dans une série de tweets publiée le samedi 30 juin.
Ce n’est pas la première fois qu’elle est montrée du doigt : en mars 2017, elle avait déjà été vivement critiquée pour avoir effacé de nombreux contenus sur l’homosexualité ou la transexualité de son “mode restreint”, normalement utilisé pour filtrer les contenus choquants pour les enfants.

Nous sommes fiers des incroyables voix LGBTQ qui s’expriment sur notre plateforme et du rôle important que vous jouez dans la vie des jeunes personnes”, a remarqué YouTube, avant d’ajouter : “Mais nous avons aussi rencontré des problèmes.

De la pub anti- LGBT avant les vidéos.

Parmi ces “problèmes”, le site évoque les publicités “inapropriées” qui pouvaient apparaître avant certains contenus. Plusieurs vidéastes l’avaient remarqué début juin. Sam Collins, un jeune youtubeur transgenre, expliquait avoir vu avant une vidéo une publicité qui recommandait de “dire non” à certaines “tentations sexuelles”. L’homme figurant sur l’annonce racontait ensuite que la Bible ne validait pas “les relations abusives et la pédérastie homosexuelle”.

Nous pouvons aussi ajouter à cela, la censure lesbo ou trans phobe. Petit exemple avec UppercaseCHASE1″, un créateur anglophone qui évoque régulièrement sa transexualité, qui a voulu faire un test. Sur sa chaîne, il a posté la même vidéo quatre fois, sans puis avec une photo de miniature. Les deux premières avaient pour titre “Cinq ans”, la troisième “Cinq ans après l’opération, une comparaison faite avec émotion”. La quatrième reprenait ce dernier titre, mais en ajoutant les termes “FTM” “(“de femme à homme” en français) et “transgenre”. Seule la quatrième a immédiatement été démonétisée par YouTube, et jugée “non conforme pour de nombreux annonceurs”. Pour être sûr qu’il ne s’agissait pas d’un simple hasard, Chase a fait un second test. Au final, même constat : dès lors que ses vidéos contenaient en titre l’abréviation “trans”, elles étaient automatiquement démonétisées.

Nous ne parlerons pas ici des baisers gay d’Inverti qui ont bien souvent subi le même sort. Rien à ajouter Mesdames, Messieurs Youtube ?

Donnez votre avis !

Lire les articles précédents :
La dictature LGBT: les passages piétions arc-en-ciel à nouveau vandalisés.

Notre visibilité les dérange, soyons encore plus visibles. C'est un nouveau bras de fer qui commence entre les militants de...

Fermer