Le premier baiser gay, tout le monde s’en souvient.

Certains diront que c’était dans une voiture, sur le seuil de la porte, dans une chambre d’ados, d’autres diront que c’était le plus beau, le plus romantique, le plus éphémère, le plus inattendu. Mais tout le monde s’en souvient, incrusté là, au fond de notre mémoire.

Il n’y avait peut être pas de sentiment, pas de question ni de réponse, pas d’arrière pensée ou bien le contraire, un amour grandissant. Le premier baiser échangé répond à plusieurs questions en même temps. Même si pour certains, ce fut le début d’un long combat, contre soit même et contre les autres.

Je suis gay !

Certains hétéros pensent que cette phrase est anodine, mais pour chacun, garçon comme fille, ce fut un constat qu’il fallait acquiescer. Plusieurs d’entre nous ont lutté jusqu’au bout contre cette phrase, contre ce premier baiser. Mais en vain, la vie est ainsi faite. Gays nous sommes nés, gays nous sommes et gays nous mourrons. D’autres vont se découvrir bisexuels et vont dans un premier temps se rassurer, sans voir les difficultés arriver.

Un premier baiser donc, qui est loin d’être anodin. Un premier baiser gay gravé à tout jamais, dans des souvenirs très éloignés.

Un premier baiser peut déboucher sur une belle relation d’amour, oui, un peu de romantisme. Comme l’illustre ce court métrage que vous pouvez retrouver ici (en VOSTF en cliquant sur le bouton sous-titres). Une histoire émouvante entre deux hommes qui ont du mal à se comprendre, pourtant, l’amour les a uni. Mais face aux regards de la société, trouver l’équilibre du couple n’est pas aisé. Et préserver l’héritage du premier baiser devient plus compliqué.

Rassurez-vous, vous n’aurez pas à supporter la chanson. Quoique, allez c’est gratuit ça ne mange pas de pain !

Ici, une annonce :
0 Commentaires

Donnez votre avis !

©2021 inverti

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

Lire les articles précédents :
Zoom sur Fulgence Ouedraogo, Thomas Combezou et Jonathan Wisniewski

En Février, ils étaient trois pour votre plus grand bonheur ! Ils se sont affichés, là devant où, avec leur...

Fermer