Zone téléchargement, le site francophone de téléchargement illégal a été fermé ce mardi et les administrateurs arrêtés.

zone-telechargement

Plusieurs administrateurs du site Zone Téléchargement ont été arrêté et les serveurs allemands et islandais fermés.

La Gendarmerie a confirmé les perquisitions menées en France, en Allemagne, en Islande, en Andorre et à Chypre. Plus de 450 000 euros « en avoirs criminels sur comptes bancaires » ont été saisis, ainsi que trois véhicules de luxe.

Au travers d’un communiqué relayé par Le Monde, la Gendarmerie nationale a annoncé hier qu’une des personnes interpellées lundi avait été mise en examen pour contrefaçon en bande organisée, blanchiment aggravé et travail dissimulé.

Rien que pour ce premier chef d’accusation, l’intéressé risque jusqu’à sept ans de prison et 750 000 euros d’amende. Le préjudice pour les ayants droit est pour l’instant évalué par les autorités à 75 millions d’euros.

Le juge des libertés devrait prochainement statuer sur son placement en détention provisoire, réclamé par le Parquet.

Le site avait référencé 18 000 films, 2 500 séries, 11 000 documentaires, 21 000 émissions TV et 694 spectacles  sans compter la musiques et les jeux vidéos. Le site recevait 3,7 millions de visites par mois.

Pourquoi le site a-t-il fermé ?

La Sacem a porté plainte contre Zone Téléchargement en 2014, rejointe dans la foulée par l’Association de lutte contre la piraterie audiovisuelle (ALPA).

L’enquête a été menée par le centre de lutte contre les criminalités numériques (C3N) de la gendarmerie nationale et la section de recherches de Toulouse.

Le site gagnait illégalement de l’argent grâce à la publicité, le plus souvent pornographique ou pour des logiciels douteux. Le site générait 1,5 millions d’euros de chiffre d’affaire par an.

Je risque quoi ?

Normalement rien. Les administrateurs avaient monté un système empêchant toute identification des visiteurs.

De plus, le secrétaire général de la Sacem a laissé entendre qu’il ne comptait pas poursuivre les internautes, tout en rappelant que « détenir des fichiers contrefaits, c’est du recel ». « Mais l’objectif est avant tout d’attaquer le mal à sa source, et les administrateurs des sites pirates, qui font commerce des œuvres. »

0 Commentaires

Donnez votre avis !

©2021 inverti

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

Lire les articles précédents :
Béziers : Robert Ménard placarde un homme gay dans sa ville !

Il pensait vanter le mariage hétérosexuel avec de nouvelles affiches pour contrer la campagne du ministère. Robert Ménard, le maire...

Fermer