inverti : toute l'actu gay (lgbt), geek, sport, culture…

La communauté gay qui casse les codes – Gay, Geek, Sport, LGBT… N'ayez plus honte d'être inverti !


Portrait : Abdellah Taïa.

Catégories : Culture · Livres · Monde

Ici, une petite réclame...

Après Mike Fédée, Fabien Le Mouël, auteurs et comédiens, c’est donc au tour de l’écrivain Abdellah Taïa de se présenter à nous. 

Celui qui est digne d’être aimé – Ed. du Seuil ;si vous ne l’avez pas encore lu, lui et les précédents, son dernier livre est toujours dans vos meilleures librairies.

Portrait en trompe l’oeil.

Abdellah Taïa est né à Salé au Maroc en 1973 dans un milieu assez modeste. Il suit des études universitaires de littérature française d’abord à Rabat, puis à Genève et enfin passe son doctorat à la Sorbonne. Il vit en France depuis 1999 et publie son premier recueil de nouvelles Mon Maroc en 2001. Il est l’auteur de plusieurs romans dont Le Jour du Roi (Prix de Flore en 2010) et Infidèles en 2012. Il est également réalisateur et a adapté au cinéma son roman L’Armée du salut en 2014. Abdellah Taïa s’est fait aussi connaître en revendiquant publiquement son homosexualité (considérée comme un crime au Maroc) à travers ses livres autobiographiques ou par le biais de tribunes dans la presse.

Qui donc est digne d’être aimé ?

Abdellah Taïa livre avec “Celui qui est digne d’être aimé” un roman sur la lourde identité à porter de l’Arabe, homosexuel, en France, triplement marqué par le regard de l’autre. Véritable règlement de comptes avec l’ex-puissance coloniale, appel à un Maroc qu’il aimerait voir libéré de ses préjugés, l’auteur renouvelle le discours contre le néocolonialisme en s’y investissant corps et âme, littéralement, et bouleverse le lecteur du même coup.

Le livre est constitué de quatre lettres, de la plus récente à la plus ancienne. La structure du livre sous forme de lettres écrites par trois personnes différentes, sur une période de 25 ans, permet de saisir l’évolution et la personnalité d’Ahmed aux moments clés de sa vie. Il s’agit aussi d’un clin d’oeil au roman épistolaire français du XVIIe siècle Lettres portugaises, mentionné dans le roman. Mais au-delà de la forme, ce sont surtout les thèmes du livre qui sont forts, en cherchant à briser les prisons que constituent toujours l’homosexualité et le colonialisme aujourd’hui. L’appel d’Abdellah Taïa à un nouveau Maroc est aussi porteur, bien qu’on se demande s’il n’aurait pas dû recourir à sa langue maternelle arabe pour le lancer.

 La première est écrite en 2015 par le narrateur, Ahmed, qui s’adresse à sa mère morte au Maroc cinq ans plus tôt. Le fils de 40 ans y dit sa douleur de ne pas avoir été jugé « digne d’être aimé » : « Je suis homosexuel. Tu m’as mis au monde homosexuel et tu as renoncé à moi. […] Chaque matin je me renie. J’ouvre les yeux, je me rappelle que je suis homosexuel. » Cette lettre est largement autobiographique. Elle dépasse donc ici la seule dimension littéraire pour s’adresser à son pays d’origine.

Petit pédé parisien bien comme il faut.

La troisième lettre, la plus forte du livre. Écrite en 2005, c’est une lettre d’adieu d’Ahmed à son amant français Emmanuel, qu’il avait rencontré au Maroc à 17 ans et qui l’avait fait venir à Paris. Ahmed y reproche à Emmanuel de l’avoir dépossédé de sa culture et transformé en « petit pédé parisien bien comme il faut ». Il se reconnaît coupable d’avoir participé à son acculturation, « colonisé » qu’il était, et d’avoir même délibérément cherché, à 17 ans, à profiter de cet amant français riche, cultivé, qui allait le sortir de la misère : « J’ai approché ma tête de ton cou et j’ai respiré fort. L’odeur de la France ! J’ai de la chance ! » Mais 13 ans plus tard, ayant maîtrisé le français et appris tous les codes de conduite du nouveau pays, il rejette cette « construction » qui l’a privé de son identité profonde et répudie le nom de Midou que lui a donné son amant : « Midou, c’est qui ? Et Ahmed, il est où ? » Son dégoût de cette France néocoloniale est si violent qu’il se retourne vers sa famille, qui le rejette pourtant, et choisit de composer avec la vision qu’elle a de lui : « Jamais je n’ai essayé de me mettre dans la peau de mes soeurs. […] Un peu tard, je leur donne enfin le droit de ne pas être tout à fait d’accord avec moi et j’accepte qu’elles me disent des mots durs. »

Les deux autres lettres sont écrites par un amant éconduit d’Ahmed, Vincent, et par son seul véritable ami lorsqu’il était jeune au Maroc, Lahbib. Celle de l’amant éconduit montre combien Ahmed s’est endurci en vieillissant (on est en 2010) et rejette l’amour, peut-être parce qu’il est incapable de s’aimer lui-même. La lettre du jeune Lahbib (1990) raconte à Ahmed sa relation sexuelle de trois ans avec un diplomate français de 45 ans à Rabat, qui l’a ensuite rejeté à 17 ans parce que « trop vieux ». C’est le tourisme sexuel dans toute sa dimension néocoloniale qui est abordé ici, ainsi que la pédophilie, jamais nommée toutefois.

 

Crédit photographique : Domenico Stinellis Associated Press.

Ici, une petite réclame :

Ce sujet vous a plu ? Retrouvez d'autres articles dans les catégories suivantes : Culture · Livres · Monde

.

Par publié le 09 mars 2018

Donnez votre avis !

Read previous post:
Toronto : une 7ème victime pour le Serial Killer du quartier Gay.

À Toronto, la police canadienne a découvert les restes d'un nouveau corps d'une victime présumée de Bruce McArthur, le tueur...

Close