Le Maroc condamne ses victimes : Abdelatif , agressé, humilié, souillé,c’est lui, le condamné.

Abdelatif Nhaïla, cet artiste blessé et encore sous le choc de cette décision, ce jour, le 6 octobre 2020 est condamné au Maroc d’avoir été la victime de harcèlement.

Abdelatif, une abeille, est blessé.

Il n’a peut-être pas usé des bons mots, des bons propos face à un agent détenteur de “l’autorité publique” ? Mais que dire, comment faire lorsque vous êtes en détresse et harcelé, souillé, traîné dans la boue par une harpie, sans doute jalouse et que l’on ne souhaite pas vous entendre ? Les réseaux sociaux la société marocaine doivent ils et elles entendre et accepter des mensonges, la diffamie ?
Il semblerait que oui. 4 mois de prison avec sursis, 10000dh d’amende et 1dh symbolique pour le policier qui a refusé son dépôt de plainte. Mon sang de père n’a fait qu’un tour !

Nous vous avions relaté le “prologue” de cette affaire. Une folle de femme transgenre et ses groupies avaient décidé de s’en prendre à Abdelatif. Etait_ce de la jalousie mal placée, nous ne pourrons jamais savoir puisqu’Abdelatif n’a jamais pu porté plainte.

Ce jeune homme a mal et c’est malsain.

Abdelatif, l’enfant qui aime.

Il fût précoce. Dès 14 ans, il fût un créateur pour défendre la culture de son pays, de la différence, de l’inclusion. Il n’est pas le premier quidam qui passe. Il est une richesse pour son pays. Il est un livre, un texte, une musique, une danse, un visage et une voix pour son pays. Et pourtant ce 6 octobre 2020, le tribunal de Sidi Kacem-Qacem au Maroc, a souillé un de ses enfants. 

Lui veut aussi offrir à sa Nation, son pays, à la richesse que sont nos enfants une belle ouverture à la culture, au dialogue, à la différence. Mais ce jour, c’est lui et toute l’humanité qui ont été piétinés, car lui, en plus, a été outragé.

Lettre à mon fils, ma joie, mon frère en humanité :

Abdelatif, mon abeille, mon fils,

Tu n’es pas de mon sang, certes.
Mais au quotidien, mon coeur bât, mon sang coule pour toi. Mes baisers paternels, mes pensées volent vers toi. Dans mes actes même, tu n’es jamais bien loin. Je suis fier de dire, de te le dire ou te l’écrire, que tu es mon fils.
Que tu me nommes “papa”.
Je suis si fier de toi.
Tu es ma respiration, un souffle de vie, une source de joie, de bonheur, d’inspiration et de curiosité à réinventer, pour moi, chaque jour réincarné. 
Je suis si fier de toi.
Tu apportes tant à ce pays qui “rôde” au fond de mon coeur qu’est le Maroc.
Je suis si fier de toi.
Aujourd’hui, parce que tu es toi, tu as été condamné. C’est toi qui est souillé, maltraité, montré du doigt et outragé qui est condamné.
Je ne puis que pleurer.
Je suis si fier de toi.
C’est en papa souillé, maltraité, montré du doigt par cette décision inappropriée et les actes qui t’ont poussé à devoir agir ainsi que je me sens, moi, si fier de toi, humilié, trahi et sali pour toi. 
Je pleure pour toi, mon Abeille, mon Fils.
Je suis si fier de toi.
Que tous les enfants de l’Atlas et d’ailleurs puissent avoir un allié tel que toi, cher Abeille, cher Fils.
Je suis si fier de toi. Je suis si fier de toi.

 

 

1 Commentaire
  1. samuelganes 9 mois Il y a

    https://www.leetchi.com/c/aidons-un-jeune-marocain-contre-l-homophobie
    Cagnotte pour l’aider à payer cette amende de 920 euros (10.000 dirham)

Donnez votre avis !

©2021 inverti

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

Lire les articles précédents :
Patouchka Banana s’offre au Mange disque à Paris ? Seulement son album !

Un vrai ras de marée ! Lundi 5 octobre, Le Mange Disque, lieu incournable des soirées parisiennes, accueillait la belle...

Fermer