inverti : toute l'actu gay (lgbt), geek, sport, culture…

La communauté gay qui casse les codes – Gay, Geek, Sport, LGBT… N'ayez plus honte d'être inverti !


#14septembre : Lorsque des profs femmes nous démontrent le sexisme ambiant.

Catégories : Actions · Europe · J'en ai marre ! · Politiques · Société


L'épisode 6 est en ligne ! Notre invité est Guy Bordin, auteur du livre l'Amant Fantasmatique. À écouter sur L'anonyme Podcast.

Nous sommes bien en FRANCE en 2020.
Le lundi 14 septembre devait être une journée de revendication festive pour toutes les jeunes femmes ou jeunes filles en France. #14septembre ! Ces jeunes femmes devaient se vêtir de façon “provocante”.

Oui, une femme peut s’habiller tel qu’elle l’entend sans avoir pour autant de regard, propos, comportement ou jugement salace à son encontre.
ET BIEN SI !
Certains professeurs du genre féminin ou masculin ont préféré faire vivre un enfer aux jeunes qui souhaitaient juste parler égalité et respect de la “condition féminine”. Quels vilains termes que ces deux mots que “condition féminine”. Nous sommes bien en 2020 ET en France. Les femmes seraient elles un humain comme un autre ?
Il semblerait bien que non.

 

TEMOIGNAGE : Parole de parent d’élève :

Je laisse à Géraldine S., une maman parmi tant d’autres, le soin de nous apporter son témoignage sur le comportement du corps enseignant de l’établissement public, en France, en 2020, dans lequel DEVRAIT s’instruire sa jeune femme en construction. Quel exemple magnifique d’une société remplie de préjugés, de machisme et qui prône tout le contraire des belles paroles des politiques. Mais les paroles s’envolent, seuls les écrits restent. Et l’école qui instruit, là, où l’instruction est plus qu’absente ? Ou alors, elle ce fait à vos dépends, aux dépends des femmes ? bien sûr. Une femme est-elle l’égal de l’homme ?

Source graphique : France TV.

“Aujourd’hui 14 septembre, collégiennes et lycéennes s’habillent comme elles le veulent.
Sympa. Toutes les filles de la classe de la mienne se retrouvent avec des tee shirts courts, des shorts, etc.
Et là, vous vous dites super une occasion de dialogue sur l’égalité.
Convocation chez le CPE,suivie de l’intervention de LA prof principale
Super ! dialogue sur l’égalité homme/femme, la liberté, le désir, la sexualité, et que sais-je encore ? Peut-être déjà bravo à ces jeunes filles qui se rassemblent pour évoquer une problématique qui leur tient à coeur. 
Ah ben non en fait !
Figurez vous que si les filles portent des décolletés, “on perd les garçons”. Sans parler des grosses qui feraient mieux de se regarder dans la glace avant de sortir. J’en passe et des meilleures. Je vais recevoir ce jour un courrier qui “m’informera” de la tenue de ma fille ce jour là.
Je peine à croire à ce que je suis en train d’écrire.”

RESISTANCE : Lettre à ma fille,
mes propos sont tenus face au regard propos regard de l’autre.

Pourquoi ma fille, mon enfant, l’enfant que je n’ai pas porté, mais celle que j’ai toujours aimé doit-elle se conformer, accepter d’être jugée, raillée ou maltraitée, ne serait-ce que dans le regard d’autrui ?
Ma fille en a assez d’être jugée sur ses formes qui se déssinent, sur le fait même d’exister.
Ma fillle, elle aimerait porter les tenues qui lui plaisent. Pas celles que d’aucune ou d’aucun aimeraient lui voir porter.
C’est vrai ! Ma fille n’a pas droit de cité ! Elle dérange la bonne société.

Mon enfant, celle que j’aime, la chair de ma chair, elle doit se cacher.
Sauf sur la plage l’été, elle a le droit d’exister.

Le #14septembre 2020, ma fille a osé.
Car à force de voir ses copines harcelées, ma fille a osé.
C’est ma fille, c’est mon enfant, c’est ma chair et c’est mon sang.

Dans sa classe, il y a des filles de tous les genres.
Mais il y a peu de garçons qui respectent VRAIMENT les filles tout simplement. C’est simplement qu’ils ne savent pas.
Ma fille ne comprend pas.

Ma fille, comme ses soeurs ou ses frères, n’est pas élevée comme cela.
Elle voit bien des parents mal parler à des blancs, des noirs ou des personnes ou à celui/celle qui n’a pas pu ou su apprendre le français en première langue. 
Elle, elle n’est pas née ainsi. 
Elle ne comprend pas non plus ces femmes profs qui se scandalisent pour une journée ou une année, un ou une enfant “différente”. Pour elle, la différence, c’est juste l’AUTRE ! Alors, pensez donc pour une tenue un jour par an…

Les poux sont partout dans une école, un collège ou un lycée. Ils frappent toutes les couches de la société et tous les genres,  sans distinction aucune. Il n’est pas utile d’en rajouter !
Ma fille ne comprend pas.
Ces femmes veulent-elles faire subir à la nouvelle génération ce qu’elles ont subi ?
Les mères de ses camarades acceptent-elles l’enfer pour une jeune femme, leur fille ?

Moi, le papa d’une enfant, puis-je l’accepter ?
Comment puis-je lui expliquer ? Ceci tout comme à ses autres soeurs ou frères !
Seras-tu une femme battue ma fille ? Mon enfant ? La chair de ma chair, doi-je laisser faire ?
Dois-je accepter que tu sois violée, attouchée, frappée ou même tuée parce que tu es une femme ?

Ma fille est comme tout être humain. Elle est différente de tout autre être humain. Elle possède ses qualités et aussi ses défauts. C’est ce qui fait sa force et son originalité.
Elle doit être acceptée telle qu’elle est. C’est une belle femme. Et je l’aime telle qu’elle est.
Ma fille est différente de ses copines, de ses copains,  de la voisine ou du voisin. Elle est différente de tout être humain aux quatre coins du globe. Et çà, c’est le lot de chaque être humain. 

Comme tous ses frères et soeurs, ma fille trans, elles et ils, sont tous ma richesse, mon bonheur et ma fierté. Ma fille est la plus belle des femmes, un bel être humain.
Alors, comment lui expliquer à elle, comme à ses autres soeurs qu’elle ne sera JAMAIS acceptée ? Toujours jugée sur son apparence et son comportement ?

Une tenue ne dépend pas de l’individu mais du regard perçu.

 

Et ensuite ?

Et ensuite, au dela des mots, des discours de nos chers politiciens, d’une certaine bienveillance de certains intellectuels ? La réalité nous rattrappe souvent. Je n’utilise pas le féminin, non sans raison.
Françoise Giroux, Simone Veil, Simone de Beauvoir, Madame de La Fayette, George Sand, Gisèle Halimi, et tant d’autres encore, sont bien mortes deux fois ce jour-là.
Quelle est réellement la place de la femme en France en 2020 ?
Quel regard à la société française sur la femme en 2020 ?
A priori que nous soyons femme ou homme, il semblerait que nous ayons toujours la même tendance à ne pas accepter ce qui est différent de nous. Alors, “accepter” MAIS surtout comprendre qu’une femme est un humain comme les autres, c’est au dessus de nos forces.

Je n’en veux pas à ces femmes professeurs. Elles sont le parfait reflet de la société REELLE dans laquelle nous évoluons toutes et tous.
Mais jamais je ne renoncerai à vouloir qu’une femme, que ma fille, ma mère ou ma grand-mère soit moins humaine qu’un autre, ou moins mec qu’un mec pour parler VRAI ! puisqu’il n’y a que cela que la société française comprend !

Ma pauvre Sabine Paturel, ta plume n’a pas fini de couler pour toutes les femmes.

Sabine Paturel pose des mots sur les maux des femmes battues.

 

 

Ici, une petite réclame :

Ce sujet vous a plu ? Retrouvez d'autres articles dans les catégories suivantes : Actions · Europe · J'en ai marre ! · Politiques · Société

.

Par publié le 15 septembre 2020

Donnez votre avis !

Read previous post:
Dorian : Premier titre et Clip de Sohan Pague.

Sohan Pague est un jeune artiste interprète de 21 ans. Il est né et a grandi à Toulouse. Pour pouvoir...

Close