inverti : toute l'actu gay (lgbt), geek, sport, culture…

La communauté gay qui casse les codes – Gay, Geek, Sport, LGBT… N'ayez plus honte d'être inverti !

2019 s’étiole… 2020, ne nait pas encore. Pas alors utile de faire dans la nostalgie inutile. La rétro, nous verrons plus tard.


31 décembre 2019 - lemarquis


Des mots qui grincent, qui coincent ou qui font réfléchir ?

Le problème des contestataires (des gilets jaunes aux grévistes qui, parfois, sont les mêmes) n’est pas que nous vivons en dictature. Leur problème, leur drame, est que nous ne vivons pas en dictature.
Il y a des violences policières en France, mais la police n’y fait pas la loi. Il y a du racisme en France, mais l’Etat n’est pas raciste. Il y a des nostalgiques de la colonisation en France, mais ils ne sont pas au pouvoir.
N
ous vivons sous des institutions stables, nantis d’outils contre la corruption, d’une police des polices, de représentants élus et de lois qui sanctionnent l’expression de la haine.
Quoiqu’on se raconte devant sa glace le matin, l’enjeu des grèves ou des émeutes n’est pas d’abattre un tyran mais de se donner un tyran à abattre, ce qui n’a rien à voir. D’où vient ce besoin de fabriquer un épouvantail ?
C
omment se fait-il qu’on donne des contours révolutionnaires à des revendications qui relèvent ordinairement du débat public entre gens civilisés et d’accord pour ne pas être du même avis ? D’où vient cette adolescence collective qui confond l’insulte et l’insolence ?
Avons-nous si peu de rapport avec la réalité que nous sommes devenus incapables de faire la différence entre une dictature et un Etat de droit ? Ou de comprendre qu’une dictature ne permettrait pas qu’on dise qu’elle est une dictature ?
Avons-nous si peu de vie intérieure qu’il faille à nos existences la béquille d’un combat contre le « fascisme macronien » pour se trouver un sens ?
La question qui doit nous occuper n’est pas de savoir comment changer de régime, mais à quelle folie, quelle névrose, correspond le faux désir d’en changer ? (Car personne ne voudrait renoncer aux droits qui sont les siens en France au XXI siècle) A cela, plusieurs réponses.

Raphaël Enthoven in Twitter… à lire in extenso.

Et puis, et puis, passons doucement de 2019 à 2020 en n’oubliant pas l’essentiel.

Que sommes nous ? C’est bien la question que je me suis posé pour ce dernier jour de l’année. Cela tourne dans ma tête depuis le 26 décembre. Pardon Matthieu d’avoir osé te voler cette photo. Cet ange qu’est Matthieu est apparu dans ma vie ce jour de doute… et puis, et puis, nous voici le 31 décembre… C’est pourquoi. d’abord, je vous transmets le message d’une petite fille de 6 ans, qui à présent est devenue coiffeuse des anges que Matthieu a partagé sur les rréseaux sociaux.
Hier, j’ai été touché plus que les autres jours. C’est ce que je veux vous partager aujourd’hui. Nous venions de prendre cette photo et voici les derniers mots qu’Akossiwa (6 ans) m’a adressés, alors qu’elle me parlait de ses cheveux et de combien elle aimait se coiffer : « Je vais mourrir, mais c’est bien, je serai la coiffeuse des anges ! Ça existe hein, dis-moi yovo ? 

A présent, c’est juste moi qui vais vous parler, sans l’accord de David,
sans son aval mais avec quelque part notre liberté de ton.

Bon réveillon à toutes et à tous. Bon bout d’an, comme cela ce dit au Québec.

Je ne sais pas si je vais ”tout bien” exprimé. Mes voeux sont longs et seront sans doute incomplets.
Cela se doit être festif, toujours positif.
Tel ne sera pas le cas en ses temps tempētueux pour nous touTEs et pour d’aucunEs en particulier.

Se lâcher avec uniquement avec un ”bonne année, bonne santé”, c’est simple, radical et celà évite le faux pas.

Mais Voilà, J’aime le faux pas. Je déteste le faussaire des sentiments.

Et j’aime tellement le faire, ce faux pas que je vais le formuler.

Des voeux d’abord pour celles et ceux de mon sang, de ma famille, celles et ceux pour qui mon sang coule dans mes veines, qui permet à mon coeur de battre.

Pour toi Manou, ma grand-mère qui a fêté le 30.12 tes 98 ans. La flamme de ta vie s’éteint. Nous sommes ”presque touTEs” uniEs autour de toi. Pars vite. Tu es épuisée. Nous t’aimons, tu nous as tant donné. Évite qu’une Elsa, qu’une coiffeuse d’anges rejoigne à nouveau, à ta place les étoiles, une perle qui n’aspirait qu’à vivre. Tu es perdue, fatiguée. Nous avons toutes et tous tant profité de toi. Tu es en nous.
Je suis juste triste pour toi que certainEs comptent sur les chaussures du mort.

À mes parents je leur formule un seul voeux public, qu’enfin mon père arrête le dimanche de faire la révolution. Il ne m’aime ni gay, ni homme de Foi. Le reste sera privé. Je nous souhaite d’être toujours unis à défaut d’être heureux ensemble. À ma complice de mère, je la remercie pour notre année très compliquée à vivre, publiquement. Sans toi, je ne serai qu’un gouffre de désespoir. Je vous aime dans nos tempêtes. Je veux des prairies de douceur pour nous trois.
Pour ma jumelle, je lui souhaite qu’elle s’apaise et qu’ elle puisse tout comme moi, ne pas briller en société, ne pas chercher l’Amour de l’Autre. Mais qu’elle tente de s’aimer elle-même.
À mon frère, à celui-là, j’ai plein de voeux à formuler pour lui.
Non, d’abord, nous n’avons pas les mêmes parents. Puisque cela est public, je dois rétablir la vérité. Il n’aime pas non plus que je l’appelle mon Doudou. Et pourtant, cet homme, ce comparse, il est bien mon frère.
Aimer cela ne s’explique pas. Pourtant là si.
C’est un mec qui te sourie avant même de te connaitre. Je me souviens de cet instant où comme toujours il a avancé et que j’ai retrouvé qui a détesté mes bisous. C’est lui mon frangin si attentif aux autres. Un homme qui gagne à être connu, qui parfois ne sait pas se mettre en valeur, mais qui recherchera à TOUJOURS aidé l’Autre.
Aussi mon si cher David , pour 2020, je vais formulé publiquement qu’un seul voeu. Que tu sois aussi heureux que moi lorsque je parle de toi et de ce projet fou que depuis deux ans nous partageons. Mais, pour chaque acte et pensée de ta vie, pas juste pour Inverti. Tu es un mec à découvrir avec plein de défauts, failles, mais tellement plein d’Amour Vrai. J’ai retrouvé en toi une parcelle de celui que j’ai aimé réellement sans condition, mon si doux ami Dom pour les intimes.

Mon tonton Stéphane et son épouse Martine qui sans être un soutien ne m’ont jamais jugé. Stéphane a bien essayé de ne pas accepter. Il me préférait pillieur de banque plutôt qu’homo. Pour autant, c’est le seul qui ne m’a jamais insulté.Le pire furent sans doute dans notre famille au moment lorsque j’ai été ”outé”, ce sont touTEs ces hypocrites qe fûrent celles et et ceux qui disaient ”je savais ”.

Mes enfants.
Celles qui sont les princesses de ma vie. Je leur souhaite le meilleur. J’espère être à la hauteur pour les soutenir dans leurs projets. Être aussi en communion perpétuelle avec elles. Et ce malgré toutes ces années d’incompréhension, pour elles d’abandon. Sans elles non plus, je n’aurais jamais eu la force de vivre. Aimer ne suffit pas. Communiquer, réellement, c’est essentiel.

Mon fils, un enfant à la rue qui aurait pu choisir un parcours différent. Logique, gay, foutu à la porte par ses parents, j’avais 3 options. Tous les 2, nous en avons choisi une. Celle qui lui évitait rue, prostitution, drogue ou foyer d’accueil. Cela faisait si longtemps qu’il attendait cette main tendue. Mes filles voulaient un grand frère. Moi, j’ai récupéré un gros bébé qui est heureux et épanoui aujourd’hui. Je n’en ai pas dormi des nuits. Et d’autres propos salauds. Ce fils est ma fierté. À lui, je ne vais publiquement lui souhaiter qu’arrivé à ses 30 ans que son bonheur soit éternel. Et qu’il sorte enfin de son adulescence que j’aime mais… je n’ai plus 36ans. 34. 32. J’ai beau compter ###, j’ai toujours 30 ans. Sois heureux. Le reste je m’en fous.
Le reste du bonheur que je peux te souhaiter va s’egrainer au fil de cette année, le reste c’est encore en particulier que je vais te le souhaiter.

Ensuite, il y a mes amiEs. Des êtres rares. Parce que d’amitiés, nous n’en comptons que peu. Ces personnes avec qui nous pouvons tout dire. Du coup, je suis bien emmerdé, les vraies personnes rares de ma vie sont bien de ma famille et tout comme. Je pourrais vous parler de celui qui n’est plus, une fois encore. Il était mon autre, mon complice, l’homme que j’ai aimé. Le Bré Hec qui était un tout (ami, uniquement? Ce rien. C’était à nous. Ce tout c’était nous)Pour un homme qui doute, je crois que rien, à jamais, un tel être n’aurait été au dessus de lui. Voilà, c’est tout. L’ange n’est plus. Le démon qu’il était non plus. Seul le belvédère du parc des Buttes chaumonts résiste.
Parce que cet homme jeune est nous.
https://youtu.be/ejzYN2LEQ-g
Avoir un ami comme lui, c’est impossible. Pourtant Marco, Marc, Philippe, je leur souhaite le plus que meilleur… mais un amour de ma vie, je vous en souhaite au moins dix chacun. Et ne dites jamais qu’à Collignon Philippe, j’en souhaite au moins vingt.
À Philippe, je vais juste souhaiter qu’il soit exactement comme toujours. Un homme vrai. J’ai un mois pour formuler le reste.

Aux connaissances, aux contracts Facebook, navré, j’ai juste un… bonne année à vous transmettre. Je ne vais faire pas plus d’effort que vous.

Après, il y a celles et ceux qui oups, ont fait un brin de vrais échanges avec moi et qui, qui sait poursuivront l’aventure. Sommes toutes de vraies pesticides, personnes ?

Des artistes, des gens biens et de petites perles apparues dans ma vie au fil du temps comme des instants qui se renouvellent comme pour me dire ne t’arrête jamais d’aimer.
Ce n’est pas très juste que d’en citer si peu, mais pour moi, ce sont les personnes qui m’ont offert de vrais instants en 2019, Claudius Pan, mon être solaire, Cecile Theodore,ma femme rare, Olivier Zanarelli, mon cher soleil timide et Jean-michel Lenert à qui (non je ne suis pas fan, c’est pire) je voulais tant dire de chose en silence. À toutes personnes Laurent Spielvogel plus qu’inclus, je leur dédie ce petit instant rare. Mon grand fou au piano.

À touTEs, je vous SOUHAITE le meilleur.

Donnez votre avis !

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
Le Refuge : nouvelle campagne pour lutter contre l’homophobie.

🎥 VIDÉO : THEO - Chapitre 1 Ce court-métrage revient sur le parcours du jeune Théo, collégien qui subit l’homophobie...

Fermer