inverti : toute l'actu gay (lgbt), geek, sport, culture…

La communauté gay qui casse les codes – Gay, Geek, Sport, LGBT… N'ayez plus honte d'être inverti !

2020 terminée ? Pas certain.

Catégories : Le billet d'humeur

Une année qui aura volé des mois, des projets, des amiEs, un petit bout de la vie. Il faut l’avouer, cette année vingt vins, nous a touTEs de près ou de loin bien secoués. Et il semblerait bien que cela ne soit pas encore fini. Au gré des évènements et décisions de ce début d’année, comment dire ? Nous sommes encore loin du compte pour vivre pleinement ce temps d’après.

En 2020, beaucoup de secteurs d’activité furent plus ou moins lourdement touchés. Et parfois même sans que nous, pauvres quidams, y voyons réellement de rapport direct. Car, si nous prenons le monde culturel au sens large et de l’art de vivre à la française en particulier et bien de l’agriculteur, au boulanger, au vigile ou à l’éboueur, libraire, serveur ou saltimbanque en passant par la star internationale, c’est tout cet agglomérat de professions qui est impacté.

Ne tuons pas la culture, le spectacle vivant, le cinéma et l’art de vivre à la française.

Évitons. Osons !

N’évoquons pas le personnel soignant qui déjà en temps normal est surmené. Là, c’est juste un enfer pour ces personnes. Pour suivre, n’évoquons pas non plus toutes ses personnes qui se sont retrouvées isolées car seules, malades, précaires ou juste âgées. Ces personnes”in vivo”, j’ai eu à les côtoyer, les soutenir, parfois les aider.

Et cela m’a beaucoup rappelé Matthieu. Il est psychologue clinicien. Et il a vécu non loin de six mois en mission en Afrique. Il avait le rôle le plus ingrat qu’il puisse exister à mes yeux. Car il accompagnait des enfants en fin de vie. Et de lui, je garde secrètement en mémoire une photo fabuleuse. Il était épuisé. Il s’est assoupi un ”instant” tenant dans ses bras un petit garçon callé calmement dans sa nuque et lui aussi endormi. Cet enfant ne pouvait s’endormir que dans ses bras. Comme je n’oublie pas non plus sa petite princesse qui souriait et était heureuse de mourir. Elle rêvait d’être coiffeuse. Elle souriait car, disait-elle, elle allait coiffer les anges. Durant cette année particulière, je n’ai cessé de penser à eux.

Et pourtant.

Oui, je l’écris, pourtant. Car dans ce même temps compliqué, douloureux, anxiogène ou scabreux, beaucoup ont donné, donnent encore. À commencer par tous les artistes privés de rencontres, de public. Ils ou elles n’ont jamais été aussi créatifs et solidaires.

Combien sont celles et ceux qui nous ont inondés de vidéos, chansons, concerts, films ou pièces de théâtre mis en ligne gratuitement au profit du plus grand nombre ? Beaucoup ont aussi créé des vidéos participatives ou leurs fans pouvaient se déchaîner ! La création littéraire n’a jamais été aussi luxuriante ! Les maisons d’édition sont débordées, envahies de manuscrits. Tous les artistes rongés n’ont jamais autant été creatifs et solidaires !

Solidaires !

Cette année vingt vins le fût aussi. Nous n’avons jamais connu autant d’actes simples, mais qui pourtant semblaient avoir disparu de notre société, commune, famille. Se soucier de l’autre ! Les restaurateurs doivent réinventer leur profession ? Aucun souci, ils se réinventent traiteurs et s’improvisent traiteurs solidaires en offrant des repas aux plus démuniEs. Les orthiculteurs ou pépiniéristes, fleuristes ne peuvent pas vendre productions ou stocks. Ils s’empressent de les offrir aux personnes isolées ou fleurir les tombes pour la Toussaint. Tant d’autres exemples pourraient être cités. Car jusqu’au simple citoyen, chacun a souhaité quelque part, au moins pour les humains, partager son humanité, sa fraternité, sa fragilité.

Le monde, la France et Inverti.

En regardant un instant dans le rétroviseur, mais que de belles personnes, virtuellement, physiquement, intellectuellement nous avons pu croiser et vous présenter ou et vous partager au cours de cette année passée ! Vous en citer certainEs seraient nous mettre en défaut par rapport à celles que nous pourrions oublier.

Hélas aussi beaucoup nous ont quitté. D’illustres personnes ou des anonymes qui n’en sont pas moins illustres puisque nous,vous, les aimions. Nous les remercions d’être entrés dans nos vies parfois par effraction ou nous par collusion.

N’oublions jamais.

La vie ne doit être que de l’amour. https://youtu.be/J-i5SUsCUKM

Ce sujet vous a plu ? Retrouvez d'autres articles dans les catégories suivantes : Le billet d'humeur

.

Par publié le 13 janvier 2021

Twitter : @MarkBach5

Donnez votre avis !

Read previous post:
Mais qui a osé menacer le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal ?

Il est beau, il est mignon, il est charmant, certes il n'ouvre pas des huitres torse nu mais ce n'est...

Close