Je n’ai réellement pas envie de rire.
Un long propos de ma part serait inutile, car face à la bêtise humaine, j’admets être bien souvent démuni.
Ce que je nomme  »bêtise » est bien souvent de l’aveuglement ou de l’ignorance de la part de l’autre.

CONNARDS !

En ce qui concerne certainEs politicienNEs, c’est du dévoiement, de l’usurpation, du mensonge. J’en éprouve un profond dégoût, de l’amertume et comme rarement de la rancœur. Qui sait si ce n’est pas la petite goutte de sang Catalan qui coule dans mes veines qui me rend aussi amer. Où est-ce mon sang breton, savoyard ?

J’admets avoir tout autant peur des  »hyper riches » qui formatent les médias que des médias eux-mêmes et des sombres complotistes de tout bord.
Et, il faut bien l’admettre, le champ en ce domaine est vaste. La machine du  »pute à clics » est en marche.
Je remercie mes professeurs, mes maîtres, de m’avoir TOUJOURS obligé à confronter plusieurs sources d’information pour avoir une OPINION.

J’ai envie d’user et d’abuser de l’insulte suprême de Jean d’Ormesson  »CONNARDS ! »

Et en ce domaine, iels sont légion.

Je ne sais pas pourquoi, mais ces derniers temps, je ne fais que repenser à Matthieu, interne aux hôpitaux de Paris qui est parti faire une mission de six mois comme médecin pédiatrique en Afrique. Et pour être tout à fait précis, à son rapport avec deux enfants en toute fin de vie.
J’ai imprimé à jamais dans mon cerveau et mon cœur un cliché de lui pris par une infirmière. Il est endormi sur la terrasse avec dans ses bras un bonhomme haut comme trois pommes qui sans lui ne dormait pas.

Elle se prénommait Akossiwa.

« Hier, j’ai été touché plus que les autres jours. C’est ce que je veux vous partager aujourd’hui. Nous venions de prendre cette photo et voici les derniers mots qu’Akossiwa m’a adressés, alors qu’elle me parlait de ses cheveux et de combien elle aimait se coiffer : « Je vais mourrir, mais c’est bien, je serai la coiffeuse des anges ! Ça existe hein, dis-moi yovo ? »

Elle avait six ans.
Elle était heureuse, elle souriait.
Pourquoi ?
Son rêve était de devenir adulte, coiffeuse. Et en mourant, elle savait qu’elle allait pouvoir coiffer les anges.

Drôle d’association d’idées ou alors c’est que face à la haine, la résilience et la saine colère occupent mon corps et mon esprit en plus de mon cœur.

Face à la haine.

Non, Elsa, Akossiwa, Polina, Maxime, Shlomo, je n’ai pas envie de sourire, encore moins de rire.
Je me suis toujours demandé comment une personne pouvait en arriver au point de haïr l’Autre ?
C’est à mes yeux, impensable, insoutenable.
Comment notre société peut-elle déverser autant de mépris ou de haine ?
La furie n’a plus de limite.
Le monde est pourtant si beau.
Les personnes sont si belles.

 »Tu es trop sensible. Je vais t’endurcir. »
Merci, je vais rester humain.
Quitte à même à rester simplet !

Un convoi antivax et contre la chèreté de l’essence roule vers Paris puis ira jusqu’à Bruxelles… Heu… Comment dire ? Je ne sais pas comment répondre autrement.

Deux lettres aux humainEs.

« Sur France-Inter, Eric Zemmour nous explique que le catholicisme a un droit d’aînesse en France, non seulement sur l’islam, mais aussi sur le judaïsme et le protestantisme. Le vocabulaire ne manque pas d’intérêt. Le christianisme est réduit au catholicisme romain, le mot protestantisme désigne une religion extérieure à l’Eglise, quand la Réforme rappelle sa fondation, à savoir les proclamations de Luther sur la porte de l’église d’Augsbourg et, en France, les thèses formulées par Jean Calvin, chapelain de la cathédrale de Noyon, Picardie, ville où il naquit en 1509.

Quant au droit d’aînesse, il a été aboli en France avec tous les privilèges, dans la nuit du 4 août 1789. Au passage, ce droit d’aînesse rendu aux catholiques, qui ne le demandent pas, contredit Jean-Paul II, qui appelait les juifs « nos frères aînés dans la foi ». Pour Zemmour, les religions minoritaires sont seulement tolérées, et il rappelle l’obligation de modestie imposée aux synagogues et aux temples, construits au XIXème siècle et qui selon lui devaient être masqués par un mur. Cette obligation date en fait du moyen-âge, elle n’a jamais figuré dans les lois de la République et les constructions du XIXème siècle n’y étaient pas soumises.

Il suffit pour s’en convaincre de regarder la façade de la grande synagogue de Paris, rue des Victoires, et la statue de Gaspard de Coligny, érigée en 1889 devant l’oratoire réformé du Louvre. Selon Zemmour, les églises sont le visage de la France, quand les temples, les synagogues et les mosquées ne sont que des pièces rapportées. C’est historiquement faux, les fondements du judaïsme moderne furent écrits ancien français, par Salomon de Troyes, Rachi (1040-1105). Une nation se définit par sa langue, disait Michelet, il est vrai descendant de Huguenots, et les commentaires de Rachi sont écrits en français, un peu avant la Chanson de Roland.

L’établissement des juifs en France précède la fondation de l’église apostolique, et si peu de synagogues forment le paysage français c’est qu’elles ont été détruites. Celle de Rouen précédait la cathédrale, les juifs assuraient la prospérité de la ville avant l’arrivée des Vikings. Ils furent massacrés par les preux chevaliers en route pour la première Croisade, en 1096. Le magnifique palais épiscopal de Rouen, à n’en pas douter visage de la France, a été bâti sur les ruines de la ville juive et de la synagogue.

Les temples, églises réformées, ont, eux aussi, été détruits massivement, sur ordre de Louis XIV, lors de la révocation de l’édit de Nantes. Il s’en trouvait dans chaque village des Cévennes et du Forez. Il s’en trouve tout de même d’impressionnants en Alsace, celui de Mulhouse est une ancienne cathédrale, mais pour Zemmour cette région n’est sans doute pas tout à fait française, puisque Pétain l’avait cédée à l’Allemagne en signant l’armistice du 22 juin 1940.

Nul doute que les clochers marquent le paysage français, mais avec Zemmour, on y entend la sonnerie aux juifs de la cathédrale de Strasbourg et le tocsin de Saint-Germain l’Auxerrois au soir de la Saint-Barthélémy. Les Huguenots ne seraient donc pas la France, ni Coligny, ni Sully, ni Henri de Condé, pour ne rien dire du roi de Navarre… Il est vrai que le pasteur Trocmé du Chambon sur Lignon et les descendants des Camisards des Cévennes n’ont pas obéi au Maréchal, ces mauvais français sauvèrent des milliers de juifs « étrangers » que la police de Vichy ne put livrer aux bourreaux nazis. Zemmour, décidément, c’est la Saint-Barthélémy de l’esprit.»
Guy Kononicki, journaliste – essayiste.

« Il y a quinze jours, message envoyé, via Twitter, Instagram, Facebook, à Madame Ludovine Dutheil de La Rochère, Présidente de La Manif pour tous.

Il y a quinze jours, message envoyé, via Twitter, Instagram, Facebook, à Messieurs Antoine-Marie Izoard et Samuel Pruvot, Directeur de la rédaction et Rédacteur en chef du magazine « Famille chrétienne ».

Il y a quelques années, lettre manuscrite envoyée à Monsieur le cardinal Robert Sarah, Préfet émérite de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements.

Il y a quelques années, lettre manuscrite envoyée à l’évêque de Bayonne, Lescar et Oloron, Marc Aillet.

Aucun accusé de réception et encore moins de réponse.

 »Madame, Messieurs,

Votre catholicisme m’inquiète.
Votre indifférence courtoise et polie m’indispose.

Je vous invite à relire cet extrait du chapitre 53 de la règle monastique de saint Benoît :

« Tous les hôtes qui se présentent seront reçus comme le Christ, car lui-même dira : j’ai été votre hôte, et vous m’avez reçu … ».

Je vous invite à me rejoindre pour un temps de prière face à la Croix du Christ-Jésus.

Si vous le voulez bien, écoutons l’apôtre Paul :

« J’aurais beau …
parler toutes les langues des hommes et des anges …
être prophète …
avoir toute la science des mystères et toute la connaissance de Dieu …,
s’il me manque l’amour …
je ne suis qu’une cymbale retentissante, je ne suis rien … ».
1 Corinthiens 13, 1-3.

Comment, en effet, aimer Jésus que nous ne voyons pas si nous n’aimons pas la soeur, le frère, qui frappe à notre porte ? »

Jean-Michel+, votre frère, en Communion Béthanie »

Crédit photographique : Inverti, INA et Matthieu.

0 Commentaires

Donnez votre avis !

©2022 inverti

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Créer un compte