Face aux sots, haine, Jean d’Ormesson.

Ce propos est fort prétentieux. Car Lui, ne l’était pas, prétentieux. Mais, il n’était pas avare de compliments, aussi l’œil goguenard et le sourire pincé, il se montrait humble et atroce avec ses adversaires.

Face à la bêtise, il opposait la vérité.

Nous vivons de plus en plus en France, mais pas uniquement dans une société en ”noir ou blanc”.
Nous évitons les nuances. Le terme même de consensus disparaît et en lieu et place, c’est la haine qui comble ce vide laissé. C’est effroyable.
Serions-nous revenuEs à cette période si sombre de notre histoire plusieurs fois répétée ?
Il n’y a plus contradiction, mais confrontation, insulte, mensonge et haine, le tout étant à mettre au pluriel ; c’est plus qu’évident.
Cela l’est tant que les prochaines élections présidentielles ce sont les extrémistes en tout genre qui ont la part belle dans les médias. Ça fait le ”buzz” !

Au quotidien.

À travers cette petite lucarne qu’est la télévision ou l’écran d’un ordinateur, nous ne pouvons que constater cette calamité.
Mieux encore, simplement en se promenant dans la rue.
Je vais vous poser une question simple : Quand avez-vous dit ”bonjour” à un inconnu en le croisant dans la rue ou en entrant dans une boutique ?
Ce simple geste verbal n’existe plus.
Alors comment voulez-vous qu’une insulte, une agression ou de la considération n’arrive pas ?
Jean d’O n’était pas infaillible.
Je ne le suis pas.
Aucun humain ne l’est.
Mais évitons la haine de l’Autre dans les deux sens du terme, d’ailleurs.

Si Jean d’Ormesson était conté.
« Le Guide des Égarés. »

« Il savait être rude, cinglant, impitoyable même et surtout face à un adversaire. Mais devant la jeunesse, il était grandiose !
Il ne savait pas y faire, alors, il transmettait.
Il encourageait.
Mais surtout, il aimait.
La vie, il l’aura follement, éperdument aimée.
D’accord sur rien, amoureux de et en tout, nous découvrions, follement curieux ; c’est ce qui nous résume le mieux tous les deux.
C’est vrai qu’il me manque à chaque instant, mais surtout dans ces moments sociétaux compliqués et pas seulement.
Aussi je me replonge toujours, encore et encore dans le même ouvrage.
Je l’ai, en cas de doute, en cas d’urgence ou de faiblesse, toujours où que je sois. Ce livre est ma Bible laïque et littérature à moi ! J’ai toujours la sensation qu’il l’a écrit pour moi. Fadaises, bien sûr que voilà !

Un jour de plus où je suis tombé de mon fauteuil Voltaire.

Il avait donné une interview à L’Express. Cela n’avait rien d’extraordinaire. Mais, il avait osé volontairement ou de manière inconsciente me répondre.
C’était le premier octobre 2009 et avec un ”fils”, François Busnel .
En 2021, face à la sottise, la haine, le manque d’humanité, d’hygiène intellectuelle, bon sang !
Qu’il me rappelle, me ramène à, l’essentiel.
Aimer Le Mot, c’est “aimer” ! La Vie, L’Humain.
Sa parabole méconnue est plus qu’extaordinaire.

« Vous savez, on connaît la date de naissance de la langue française (1539, l’édit de Villers-Cotterêts), mais on connaît aussi le jour et l’heure de la fin de la domination de la langue française. C’est le 10 mai 1940. L’effondrement français, que les gens de vingt ans ne connaissent pas, mais que ceux de ma génération ont subi, restera une douleur à jamais. La littérature française, qui va mourir ou, du moins, perdre beaucoup des siens, donne avant cette date un dernier éclat. Et ce dernier éclat est extraordinaire ! »
Jean d’O.

À ”mes” enfants, ”mes” artistes, ”ma’ ‘famille, je vous aime. Ne faisons pas disparaitre la beauté de la langue sous les coups de la brutalité, de la médiocrité.
Je dédie ce propos à celle ou celui qui hurle en silence ne connaissant pas les bons mots pour exprimer sa souffrance.
Également à Po et à mes profs Maurice, Madame Tilly et Monsieur Franciscus en plus de mes maîtres…

Que tous nos enfants d’un à cent ans puissent l’écouter. »

Entretien entre le Maître et Monsieur François Busnel pour compléter :

Crédit photographique :
– Les internets
Léandre Renoir

Ici, une annonce :
0 Commentaires

Donnez votre avis !

©2021 inverti

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Créer un compte