inverti : toute l'actu gay (lgbt), geek, sport, culture…

La communauté gay qui casse les codes – Gay, Geek, Sport, LGBT… N'ayez plus honte d'être inverti !

Inverti n’est encore qu’unE sale gosse ! Elle ou il n’a que 6 ans… et tant de partages.

Catégories : Actualités LGBT · Culture · Homophobie · Le billet d'humeur · Livres · Musiques · Peoples · Politiques · Prévention - santé · Santé · Société · Spectacle

Six ans que Clint aka David Chevalier a créé Inverti. D’un blog est né un vrai web média. Car oui, sans Matt, Matoo et un site de blogs, sans doute que le geek n’aurait pas eu l’idée de rentrer dans cette folle aventure.

 

La génèse.

David souhaitait retrouver et poursuivre l’aventure qui était devenu un site moribond de blogs en perdition. Peut-être ce site, avait-il fait son temps et qu’il devait se réinventer ? Le blog classique ne payait plus, les pubs ne suffisaient plus, l’association n’a pas fonctionné. GA avait perdu son âme, sans doute.  Et d’autres facteurs ont amplifié la fin. Matt et Matoo sont partis vers d’autres voies, d’autres combats. Matt vous dirrrrait la grrrrande Yvette Leglaire, c’est un peu comme mon frère.
Car il ne suffit plus avec le monde du multimédia, de la surinformation, de l’instantanéité, des messages à 280 signes et des vidéos courtes en ligne… Poser des mots sur un article, post, propos, pour n’avoir de réponse ou de lecteur que dans une heure, un jour ou une semaine. Et ne parlons pas d’entretenir un dialogue posé et amical. C’était déjà du passé.
Pourtant, David, lui, n’a pas baissé les bras. Donc, il s’y est atelé comme tout artisan et militant. Il s’est pris au jeu. De blog, il a créé un site. Il vous explique cela mieux que moi. Nous sommes “consanguins mais pas consanguines“…

Putain, 6 ans déjà !

Je ne le connaissais pas plus que cela Clint. Il etait un geek. Donc déjà, c’était mal barré pour avoir un langage commun ! Je suis une buse en informatique et j’avoue que les jeux vidéos et autres fantaisies du 01010101, ce n’est pas dans mes capacités. Mais parfois, la vie vous surprend.

Que faire d’un silence ?

Il était mon ami, mon confident, celui que j’aimais plus que tout, comme mes enfants, comme mon frère que je n’ai eu rééllement pas “vraiment” eu étant enfant ou comme mon amant. Il était de ma famille, dans mon coeur à chaque battement. Il était un frère, mon frère, un amour pour moi. Une moitié d’orange jamais aboutie, puisque la vie se construit toujours. Le thé ou le whisky , les échanges, les engueulades et les rires n’avaient jamais le même goût avec lui. Car ce goût c’était celui de l’amour et du respect réciproque. L’apprentissage était permanent. Les mots étaient souvent superflus avec lui. Je ne puis le définir autrement que comme mon complice.
Dominique a eu un jour un mot “de trop”. Ce jour c’est avec violence que je l’ai supplié de ne pas me lâcher avant qu’il n’ai atteint l’âge de 70 ans. Malheureusement son corps en a décidé autrement. Sans Dominique, j’étais orphelin. Moi, j’étais bien camoufflé avant. J’étais un militant tout mou, me contentant parfois de dénoncer de ci de là quelques faiblesses ou quelquess manquements. Mais sans jamais m’exposer. C’est lui qui faisait tout le “sale” boulot.
Aussi, pour moi, que faire de son absence ? De ce vide qu’il me laissait ? De ses combats inachevés ? J’aurais pu juste être lâche. Car, j’avais déjà bien fort à faire ailleurs. Je pouvais pleurer dans mon coin. J’en avais le droit. Kaddish. Je ne l’ai pas fait pour lui, pour nous. J’ai agi pour nous toutes et tous.

Kaddish ou résurrection ?

Et j’ai croisé David, roi des rois selon La Bible. Clint était son nom virtuel dans une autre vie. Et suite à son message sur Facebook sans trop lui dire mes motivations profondes et intimes, je lui ai dit, ok. OK pour un édito de temps en temps, une fois par semaine au mieux. Mais voilà, le chant des possibles m’a toujours entrainé plus loin. Avec lui, avec et surtout grâce à d’autres. Je pense que Dominique me sermonerait parfois, m’embrasserait souvent, mais plus jamais, je n’oublierai jamais mes armes que sont mon stylo et mon callepin.
Notre combat est quotidien. Notre but est de ne vous partager que de belles et bonnes nouvelles. Nous ne souhaitons que vous offrir de la joie et du bonheur. Ce chemin est encore long mais, nous, nous y rêvons. Car l’actualité nous force à faire l’inverse.

Une équipe fière et humaniste.

Je ne suis donc que “l’oncle” d’Inverti, mais il est bien “mon bébé” de 6 ans maintenant.
Kévin Peyrotte a rejoint l’équipe pour une autre branche d’activité d’Inverti. C’est merveilleux.

Pouvoir diversifier nos moyens de diffusion, de partage, de mise en avant est très important pour nous trois.
L’inclusion, le refus de la haine, la joie du partage, la mise en avant de l’Autre, voilà nos motivations.
Faire aimer les autres, apporter joie, consolation ou informations, partager, c’est d’abord et avant tout ce qui nous animent.

Certes, nous ne sommes pas journalistes. Avoir notre carte de presse nous apporterait-il quelque chose ? C’est certain.
Dire l’inverse serait mentir. Est ce que cela nous motive ? En aucune façon. Nous partageons. C’est cela notre motivation.
Et nos égos se portent très bien de sans. Nous sommes reconnus par de vraies personnes, et, c’est cela le plus important.
Car notre liberté c’est de savoir dialoguer avec toutes sans à priori. De construire notre fraternité grâce à nos différences, notre dialogue et nos failles. Nous sommes complémentaires pour vous offrir la joie d’être ensemble solides face aux tempêtes ou sur des mers calmes qui nous aident tant. Nous refusons juste la haine de l’Autre.
Contrairement à ce qu’écrit David, je n’écrirai pas que nous sommes sans “éducation”. Nous refusons simplement de nous mettre en avant. Car nous ne sommes que des passeurs, des hommes de l’ombre. Nous ne sommes que des relais. Nous ne sommes pas là  pour nous mettre en avant mais pour vous permettre d’avoir une vue différente “contre partisane”.  Chacune doit pouvoir hors de la haine et du mépris, des cases imposées, pouvoir s’exprimer. C’est pourquoi je ne mets autant de vigueur à vous écrire des articles sur des artistes, sur la culture et ou des personnalités ou assoaciations fabuleuses que mollement sur des articles politiques ou qui dénoncent des horreurs, voir l’enfer. Même si parfois…
Pourtant, à chaque fois, c’est en dénoncant une ignominie ou en mettant en valeur une vraie joie que l’inclusion, le respect de l’Autre, que votre rire ou votre prise de conscience face à un mal être, est important.
Nous ne sommes pas dans la haine. Nous ne sommes que des passeurs de mots, d’émotions, devies. Nous sommes toutes et tous différents. C’est notre richesse la plus grande.

Inverti et la joie.

David, Kévin ou moi-même, grâce ou pas, à l’estampille Inverti, nous avons pu en croiser de belles personnes, soutenir de beaux combats, projets et nous remettre en question à chaque fois. Car bien sûr la vie parfois nous permet aussi très simplement de croiser de belles personnes sans avoir d’étiquette.
Une fois encore, je ne parlerai qu’en mon nom.
Je suis né curieux. J’ai toujours eu soif. Je suis né attentif à l’Autre. Mais la vie m’a imposé d’apprendre la notion “de recul”. Je suis né avide de savoirs même si les sciences mathématiques, physiques et toute science scientifique autre qu’humaine me rebutent. J’ai mes limites…

Vous évoquer les belles personnes que j’ai pu croiser ou les beaux projets que j’ai pu croiser depuis que je publie sur Inverti est tout simplement impossible. Les remercier toutes et tous, c’est également impossible ; car, je vais automatiquement en oublié unE ! Mais simplement leur dire merci d’être vous, çà je peux le faire et je tente comme je ne cesserai de le faire et de leur être fidèle, je vous dis merci.
Pourtant, l’actualité morose et anxiogène me pousse à vous ressortir quelques articles, quelques personnes. Que ses personnes fassent parti de “ma” famille ou que les projets fassent parti de mon coeur d’homme…

les artistes sont nombreux…

Oï, oï, Oï… et si La Spielvogel m’était contée.

Une découverte. Zanarelli, le soleil timide.

Journées du Patrimoine : Michel Sylvain Vartoch est visité.

Sabine Paturel pose des mots sur les maux des femmes battues.

Ma famille…

Abdellah Taïa : l’écrivain qui chante la mélancolie est devenu philosophe.

Le Maroc condamne ses victimes : Abdelatif , agressé, humilié, souillé,c’est lui, le condamné.

”Laissez parler les gens”. Amour, culture, respect. Vivre en somme.

Je suis très très sommaire. J;en oublie tant. Mais sachez que ma réelle motivation, honnête et humble est réellement de REFUSER l’exclusion et la haine. Je pense si fort à Jules, à Denis et à tant d’autres. Je n’ai pas dit mon dernier mot ! Ne serait-ce que pour mon ange démoniaque.

Bonjour Denis et bon voyage. Tu étais si fatigué. Je t’ai toujours aimé enragé. Et si Dieu m’était conté ?

 

Merci a la fidélité de nos lectrices et lecteurs. Merci d’etre chaque jour plus nombreuses et nombreux, varieEs ! C’est grâce à vous, pour vous et avec vous que nous trouvons des personnes, des projets et des combats ou combattantEs merveilleuses ou merveilleux.

Merci David, mon frérot.

 

 

 

 

 

Ce sujet vous a plu ? Retrouvez d'autres articles dans les catégories suivantes : Actualités LGBT · Culture · Homophobie · Le billet d'humeur · Livres · Musiques · Peoples · Politiques · Prévention - santé · Santé · Société · Spectacle

.

Par publié le 27 octobre 2020

Twitter : @MarkBach5

Donnez votre avis !

Read previous post:
JustWatch révèle vos préférences selon les catalogues de Netflix, Amazon, Disney, Canal et OCS !

Le catalogue le plus fourni n'est pas forcément le meilleur. Vous aimez les fictions des années 80 ou vous êtes...

Close