inverti : toute l'actu gay (lgbt), geek, sport, culture…

La communauté gay qui casse les codes – Gay, Geek, Sport, LGBT… N'ayez plus honte d'être inverti !

Un marquis à la dérive sur le net : Les victimes sortent de l’ombre


30 avril 2019 - lemarquis


Il y a toujours un peu plus chaque semaine d’agressions LGBTphobes en France ?  Nous sommes en droit de nous poser la question. La réponse parcellaire que nous pouvons faire est que cela ne se passe plus aussi facilement que par le passé pour les LGBTphobes. Effectivement de plus en plus de nos concitoyenNEs osent libérer la parole. Osent dénoncer ouvertement que ce sont bien des agressions physiques ou verbales dont elles/ils sont victimes. Avec les réseaux sociaux le phénomène est amplifié. Peut être même d’une certaine façon plus facile à dénoncer. Les victimes non plus honte de se montrer. Certaines témoignent à visage découvert. Elles osent dénoncer.

Les politiques se rebiffent.

L’un des précurseurs en la matière, Jean-Luc Roméro a annoncé il y a quelques semaines sur les réseaux sociaux qu’un individu qui l’avait insulté en 2007 avait été retrouvé.

Vendredi dernier, le maire d’Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) a porté plainte après la découverte de tags à caractère homophobe sur les murs de la ville.  “Ils me traitent principalement de PD et l’un d’eux me compare à un pédophile”. Une seconde plainte de Philippe Bouyssou déjà visé huit mois auparavant par une série de tags injurieux sur les murs de la ville. « C’est insupportable, a réagit le maire d’Ivry sur sa page Facebook personnelle. Il ne faut rien laisser passer et surtout pas l’homophobie qui se banalise. »

Le conseiller régional (groupe Alternative écologiste et sociale) Pierre Serne a publié le 16 avril un message violent, raciste et homophobe qui lui avait été adressé sur Twitter.
« Après tout, mieux vaut que tout le monde voit… C’est trash et clair. » Parce que « cela fait deux semaines que ça dure », parce que « cela monte en violence » et parce que « pour la première fois, mes agresseurs mettent explicitement le terme éliminer »,. L’élu a décidé de porter plainte auprès du commissariat de Montreuil (Seine-Saint-Denis) le 19 avril.
« Porter plainte, c’est compliqué, c’est long et les victimes se retrouvent seules avec leurs angoisses, constate-t-il. Moi, j’ai derrière moi un collectif, un soutien massif de mes copains militants. »

Les associations soutiennent les victimes.

La résistance s’organise. Les dénonciations sont de plus en plus fréquentes. Les victimes se sentant “libérées” osent de plus en plus soutenues par les acteurs et associations de victime, déposer plainte et témoigner pour dénoncer.

A l’inverse certainEs décomplexéEs osent tout. Madame Thill en est un fer de lance sur les réseaux sociaux.
Inverti soutient la lettre ouverte aux représentants de LREM lancée par STOP Homophobie et Urgence Homophobie.

Bonne semaine à touTEs,

Votre dévoué.

Donnez votre avis !

Lire les articles précédents :
Deux agressions homophobes en Charente

Deux jeunes hommes, de moins de trente ans, agressés à moins de vingt-quatre heures d’intervalle en Charente, vendredi et samedi....

Fermer