Un marquis à la dérive sur le net : “Janvier !!!” disait Gabin.

Les rues de Paris sont de plus en plus sales…

Un mois de janvier politiquement compliqué aussi.

Le mois qui est sans doute le plus présidentiel.

Le mois où les voeux sont présentés et les grandes lignes politiques sont définies ou développées pour l’année à venir par le président. Et malgré tous les messages développés et les annonces qui ont pu être transmises, je n’ai su en retenir qu’un seul. Le discours qu’E. Macron a prononcé à Davos. “France is back“. Half of the speech spoken in english, why not in latin ? Le français n’est il pas la langue officielle de notre pays ?

Le ton est donné.

La France parle aujourd’hui la langue économique mondiale. Et ensuite nous retranscrirons sans doute dans la loi cet état de fait pour nous diriger vers un peu plus de libéralisme voir de plus en plus de dévotion au veau d’or. C’est je crois le message fort transmis au monde par E. Macron. C’est à la fois l’acceptation d’un certain renoncement et le mépris de certaines valeurs qui firent la France du XXème siècle et, en même temps, le début d’une nouvelle ère, la réelle entrée dans le XXIème siècle. Mais pour quel résultat, cela nous ne le savons pas.

Combien seront laissés sur le carreau de cette nouvelle donne ? Force est de constater que lorsque l’on chante les louanges de Toyota qui créera 800 emplois, Bosch, Peugeot et Carrefour en détruisent dans le même temps quatre fois plus. J’ai la nette sensation que ll’on tente de remplir une baignoire sans fonds. Ou pour le moins que l’on tente de “s’arranger” avec des “vérités”.

Macron président jupitérien sur un vélo échangeant avec un journaliste “Je pédale tout doucement, mais vous, vous allez souffrir“. Ce propos hors contexte résume pourtant assez bien les quatre prochaines années de son quinquennat pourtant.

C’est un peu comme nos chers députés.

Ils sont scandalisés par le reportage orienté de Capital sur M6.  Mais, ils sont incapables d’être présents dans l’hémicycle lorsque le président du Bundestag  siège à la tribune pour fêter les accords de l’Élysée. A croire que beaucoup oublient l’essentiel mais s’offusquent du superflu.

Autrement, la cause LGBTI est toujours autant malmenée malgré de si nombreuses avancées, même parfois là où l’on s’y attend le moins. Et ce souvent en fonction du sens du vent en France comme ailleurs de par le monde. Un peu comme moi, je vous le confesse.

Trump sinon est toujours président des U.S.A. et Theresa May va aussi bien que possible, malgré tout.

C’est pourquoi je vous laisserai avec ce propos de Michel Bouquet ” Je ne suis que comédien, le métier le moins doué des artistes”. Propos que j’ai eu le loisir d’échanger aussi dans la nuit de jeudi à vendredi. Je ne suis pas toujours très malin.

Bonne semaine à tous,

Votre dévoué,

PS : Je n’ai pas évoqué la météo. La Seine est sortie de son lit. J’y ai contribué.

Crédit photographique : Ma pomme.

 

 

 

0 Commentaires

Donnez votre avis !

©2021 inverti

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Créer un compte