Un marquis à la dérive sur le net : Trump & co et l’homophobie… Ce soir, on se rassemble !

Brillant Trump !

Révélée par le “New York Times”, une note interne du ministère de la Santé proposait de définir très strictement l’identité sexuelle comme étant liée aux organes sexuels à la naissance.

Reviendra-t-il sur sa promesse de campagne de “se battre pour” la communauté LGBTQ+ ? Donald Trump a confirmé lundi 22 octobre une information selon laquelle son administration envisage de restreindre la définition légale du genre, pour en faire un état immuable et biologique.
Une mesure qui ôterait de fait aux personnes transgenres la possibilité de se faire reconnaître officiellement. Cette révélation a entraîné de vives critiques sur les réseaux sociaux et plusieurs rassemblements pour défendre les droits des personnes transgenres.

Interrogé lundi sur l’éventuel abandon de sa promesse de protéger les Américains transgenres, Donald Trump a répondu : “Nous sommes en train de regarder”. “Nous avons beaucoup de différents concepts à l’heure actuelle”, a-t-il déclaré à des journalistes. “Nous avons beaucoup de choses différentes qui se passent concernant les transgenres”. Et d’ajouter : “Je protège tout le monde. Je veux protéger notre pays”.

Un peu avant le Brexit…

« Quand on pense à cette idée (…), cela fait sens. Ce sont des performeurs, ils sont hors du commun. C’est exactement ce que veulent les enfants », a estimé Thomas Canham, 26 ans et à la base du projet. « Les parents adorent, et les enfants aussi – notamment lorsqu’un enfant de 6 ans peut porter une robe de princesse alors qu’il n’en a pas le droit à la maison, car papa n’apprécie pas », dit aussi Canham qui est lui aussi travesti à ses heures.
Du côté de Family Education Trust, autre son de cloche. Norman Wells expliquait ainsi au Daily Mail que selon lui, il s’agit surtout de mettre en avant un « programme transgenre » qui viendrait brouiller la distinction entre homme et femme. The Sun relate qu’une psychologue s’inquiète des répercussions possibles sur les enfants en bas âge : influençable, un enfant pourrait voir ses repères brouillés et l’action de Drag Queen Story Times aurait alors l’effet inverse que celui recherché. Des critiques qui semblent faire la confusion entre drag queens, qui ne sont « que » des personnes déguisées pour une performance, et personnes transgenres.

Comme ce premier essai  réalisé en 2017 s’est avéré concluant, ce sont les 37 établissements de la London Early Years Development qui sont concernés par ce projet, lui aussi, hors du commun.

Restons mobilisés !

Ce soir à Rennes à 18h30 comme dimanche à Paris, mobilisons nous pour la défense des droits LGBT+ !

 

Bonne semaine à toutes et à tous,

Votre dévoué.

Crédit photographique : Les internets.

©2021 inverti

ou

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

ou

Create Account

Lire les articles précédents :
Le présentateur Francis Letellier revient sur son coming out médiatique.

Il y a cinq mois, Francis Letellier faisait son coming-out dans Télé-Loisir, il revient dans Télé Star sur la réaction...

Fermer